Naoum Shebib
Français | English | Portugês | العربية

Le bâtiment Cairo Motor, 1947 Bâtiment Cairo Motor

En 1947, la compagnie Cairo Motor du Caire a confié à Naoum Shebib la conception de la structure et la construction du Centre de vente et de service pour les automobiles et camions De Soto (Chrysler).

Description

La bâtisse est composée de l'édifice principal en son centre, consacré aux services administratifs, et de deux ailes abritant les salles d'exposition des véhicules de la compagnie.

Dans chaque aile, un immense espace sans colonnes a été construit pour faciliter le déplacement des véhicules. Chacun de ces espaces a été recouvert d'un toit formé d'une voûte mince de béton armé. La structure du toit de chaque aile est supportée par seulement huit colonnes, ce qui donne une liberté de mouvement exceptionnelle.

Construction

La technique de construction brevetée « Voûte Chébib » consistait à construire au sol un moule de terre en forme de voûte, à y positionner des tiges d'acier et à couler dessus une mince couche de béton, pour qu'il en prenne la forme et enrobe les armatures. Une fois le béton durci, la voûte était lentement soulevée jusqu'à sa position finale par un ingénieux système de crics.

Extrait d'un article publié par Chrysler Corporation

La renommée de la technique « Voûte Chébib » a largement dépassé les frontières de l'Égypte, comme en témoigne le texte suivant, paru en 1950 dans l'édition de mars/avril d'une revue publiée par Chrysler Corporation, Export Division, Detroit, Michigan, É.-U. Dans un article intitulé : Ils ont construit le toit au sol, on y décrit comme suit la méthode de construction de la voûte.

« Le directeur général de la compagnie Cairo Motor, le capitaine Raymond Flower, a déclaré que ce nouveau système de construction était unique pour autant qu'il le sache. Naoum Shebib, l'inventeur, l'a expliqué de façon judicieuse : " […] une feuille de papier, tenue par une extrémité, ne peut supporter un faible poids, peut-être pas même son propre poids, mais en pliant ses extrémités vers le bas pour former une cuillère, elle supportera plusieurs fois son poids. " La théorie est apparemment aussi simple que cela, en considérant évidemment les tensions et les contraintes. »